Menu Fermer

EPCC renforcé

Après avoir rappelé brièvement en quoi consiste le phénomène de constante macabre et le système d’Évaluation Par Contrat de Confiance (EPCC), nous présentons, dans le cas où des moyens supplémentaires sont disponibles, des possibilités de renforcement du système EPCC. Des expérimentations de tels systèmes sont soutenues par le ministère.

Le système EPCC est très facile à mettre en place et ne nécessite aucun moyen supplémentaire. Malheureusement, malgré ce système, quelques élèves peuvent encore être en situation d’échec. Il ne s’agit plus cette fois d’un échec artificiel, conséquence de la constante macabre.
Lorsque des moyens supplémentaires sont disponibles (présence d’éducateurs, soutien scolaire, aide aux devoirs…), il est possible de renforcer le système EPCC. Des expérimentations d’un système EPCC renforcé, facile à mettre en application, ont lieu actuellement. A une époque où on parle beaucoup de soutien scolaire, ce système permet de savoir quels sont les élèves qui en ont vraiment besoin.

Un premier exemple

Voici les points forts de la mise en pratique d’un système EPCC renforcé en cours d’expérimentation dans un établissement qui dispose d’éducateurs :

1. Programme de révision
Le professeur transmet à l’éducateur la liste de questions communiquée aux élèves avant le
contrôle, ainsi que les corrigés. Souvent, une photocopie de cahier d’élève peut suffire.

2. Préparation de la séance de questions-réponses
L’éducateur
– organise la répartition des élèves en trinômes
– n’intervient pas dans le travail des trinômes
– transmet à l’enseignant les fiches de questions élaborées par les différents trinômes

3. L’éducateur assiste à la séance de questions-réponses.

4. Entre la séance de questions-réponses et le contrôle, l’éducateur :
– aide les élèves qui ont encore certaines lacunes
– en rend compte à l’enseignant

Remarque : c’est le professeur, bien-sûr, qui coordonne la collaboration avec les éducateurs.

D’autres possibilités
L’exemple précédent montre comment il est possible de coordonner une action entre l’enseignant et d’autres collaborateurs qui doivent s’adapter à ses méthodes pédagogiques.
En fonction des collaborateurs disponibles, d’autres systèmes EPCC renforcés peuvent être mis en place.

Un second exemple

Le système suivant, plus souple que le précédent, va être mis en application dans un collège où des séances d’aide aux devoirs existent déjà. Ces séances regroupent chacune une dizaine d’élèves en difficulté. Dans le cadre du système EPCC, l’animateur de telles séances disposera de la liste de révision et d’une photocopie de cahier d’élève. Dans ces conditions, il est clair que son aide sera plus ciblée et plus efficace. Afin de faciliter le travail de l’éducateur, il peut être envisagé, dans chaque matière, d’élaborer des listes de révision communes à plusieurs classes (sans forcément poser un devoir commun).

Intérêt de telles expérimentations

Actuellement, le Ministère de l’Éducation Nationale met l’accent sur la lutte contre l’échec scolaire et pro-
pose des mesures et des moyens dans ce sens.
Il est clair que les expérimentations décrites ci-dessus s’inscrivent tout à fait dans le cadre de cette politique. En effet :

  • Il est évident qu’aucune mesure ne sera efficace tant que la constante macabre ne sera pas supprimée ; l’EPCC permet d’atteindre un tel objectif.
  • Le système EPCC permet de repérer les élèves qui ont vraiment besoin de soutien scolaire. A ce sujet, il convient de signaler le point suivant : le fait de classer de manière injuste un élève dans le groupe qui nécessite un soutien peut être démotivant, et parfois même traumatisant.
  • Le soutien scolaire doit être structuré. Il ne suffit pas de débloquer des moyens financiers pour que tout s’arrange; le système EPCC renforcé permet de mettre en place une manière d’utiliser judicieusement les moyens destinés au soutien scolaire.